Résultats du concours 2017

Pour la troisième année consécutive, la Société canadienne de cardiologie (SCC) est fière d’annoncer les résultats du concours de 2017 pour la bourse de recherche sur la fibrillation auriculaire (FA) de la SCC. Ce programme, créé pour encourager la recherche clinique, ainsi que la recherche sur les systèmes de santé et la santé de la population dans le domaine de la FA, est devenu une importante initiative appuyant les membres de la SCC et les chercheurs en début de carrière.

Une fois de plus, trois prix de 100 000 $ ont été attribués. Depuis 2015, la SCC et ses partenaires pour le programme, l’Alliance Bristol-Myers Squibb/Pfizer, ont investi plus de 900 000 $ dans ce programme.

Toutes les propositions sont examinées par un comité d’examen indépendant par les pairs composé des membres de la SCC. Nous sommes heureux de voir que tous les projets ont été financés pour la totalité des montants recommandés. Les bourses couvrent les salaires, les fournitures ou l’équipement. La date de commencement pour ces bourses a été fixée au 1er juillet 2017. Les chercheurs principaux sont nommés ci-dessous. Les codemandeurs ou les auteurs supplémentaires peuvent également être associés à ces subventions.

Chercheur principal : Husam-Eldin Mohamed Abdel-Qadir, M.D., Université de Toronto
Titre de la proposition : Atrial fibrillation after early stage breast cancer: incidence, risk factors, pathogenesis, and impact [Fibrillation auriculaire après un cancer du sein de stade précoce : incidence, facteurs de risque, pathogénie et impact]
Montant de la bourse : 100 000 $
Mandat : juillet 2017 à décembre 2019

Résumé du projet financé
Plusieurs études laissent penser qu’il y a un risque accru de fibrillation auriculaire (FA) après certains cancers. Cela dit, les données sur la relation entre la FA et le cancer du sein sont inexistantes. L’étude se propose de décrire l’incidence, les facteurs prédictifs et l’effet de la FA après un cancer du sein. Nous allons cibler toutes les femmes de 66 ans et plus qui ont reçu un diagnostic de cancer du sein d’un stade précoce entre janvier 1998 et mars 2016. Nous allons ensuite procéder à un jumelage, où chaque patiente sera jumelée à 3 femmes du même âge sans antécédents de cancer. Nous allons alors déterminer et comparer l’incidence, les caractéristiques et les traitements de la FA dans les deux groupes. La deuxième comparaison effectuée consistera à jumeler les patientes atteintes d’un cancer du sein et chez qui survient une FA à un autre groupe de femmes du même âge, non atteintes d’un cancer, et dont la FA est apparue dans la même année civile. La comparaison examinera les taux d’insuffisance cardiaque, d’autres maladies cardiovasculaires, d’hypertension artérielle et de diabète au sein des deux groupes. Finalement, nous allons comparer le risque d’AVC chez les deux groupes de femmes atteintes de FA, en faisant les rajustements nécessaires en fonction des facteurs dont nous savons qu’ils ont une influence sur le taux d’AVC. Nous utiliserons les méthodes statistiques les mieux adaptées à une analyse des différences des taux de mortalité entre les groupes. L’étude sera la première description de grande portée du fardeau de la FA, de ses facteurs prédictifs et de ses conséquences dans la population croissante et importante de survivantes à un cancer du sein.


Titre de la proposition : Atrial fibrillation-associated cardiomyopathy: genetic basis and prognostic implications [Cardiomyopathie associée à la fibrillation auriculaire : base génétique et implications en matière de pronostic]
Montant de la bourse : 100 000 $
Mandat : juillet 2017 à juillet 2019

Résumé du projet financé
Cooccurrence de la fibrillation auriculaire (FA) et du dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche dans une situation difficile sur le plan clinique, en termes de diagnostic et de traitement. La cardiomyopathie provoque parfois une FA. Une FA rapide, par ailleurs, peut nuire au fonctionnement systolique ventriculaire gauche, même en l’absence de maladie du cœur patente. La disparition du dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche après une bonne maîtrise de l’arythmie est considérée comme un signe de ce qu’on appelle maintenant la « cardiomyopathie induite par tachycardie ». Malgré la prévalence relativement élevée de la cooccurrence fibrillation auriculaire et cardiomyopathie (atrial fibrillation associated cardiomyopathy) (AFaCM), les données sur le pronostic et sur les facteurs prédictifs de complications à long terme sont rares. Plus fondamentalement, on ne sait pas pourquoi certaines personnes souffriront d’AFaCM, tandis que d’autres ayant les mêmes caractéristiques de FA garderont un fonctionnement ventriculaire gauche sans anomalie. Notre hypothèse principale est que des variantes rares des gènes liés à la cardiomyopathie dilatée sont associées à une susceptibilité à la survenue d’une AFaCM. L’étude se propose 1) de décrire la morbidité et la mortalité à long terme chez les patients atteints d’AFaCM, comparativement aux patients atteints de FA sans cardiomyopathie, et 2) de déterminer si des variantes rares des gènes associés à la cardiomyopathie dilatée sont associées à un terrain favorable au dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche pendant la FA, à un pronostic plus préoccupant et à une incidence plus élevée de cardiomyopathie familiale. Grâce à des bases de données provinciales sur les hospitalisations et la mortalité et à un séquençage ciblé de prochaine génération, nous allons chercher à mieux comprendre l’évolution naturelle du dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche chez les patients atteints d’AFaCM et la susceptibilité individuelle à ce tableau clinique. La confirmation d’un fondement génétique commun de l’AFaCM et de la cardiomyopathie dilatée serait un changement de paradigme ayant des conséquences majeures sur la prise en charge de ces patients et de leur famille.


Chercheur principal : Ratika Parkash, M.D., QEII Health Sciences Center/Université Dalhousie
Titre de la proposition : Reversal of atrial substrate to prevent atrial fibrillation (RASTA-AF) [Renversement du substrat pour prévenir la fibrillation auriculaire]
Montant de la bourse : 100 000 $
Mandat : juillet 2017 à juillet 2018

Résumé des projets financés
La fibrillation auriculaire (FA) est un problème de santé majeur, dont la prévalence au sein de la population s’élève à 0,4-1 %. Elle entraîne des coûts élevés pour le système de santé et une morbidité importante, surtout chez les patients ayant des symptômes graves. La prévention de la FA n’a pas été au centre des stratégies de traitement. Il est bien établi que l’âge, l’indice de masse corporelle, la consommation d’alcool, le mode de vie sédentaire, l’hypertension artérielle et l’apnée du sommeil constituent des facteurs de risque de FA, et que la majorité de ces facteurs sont modifiables, si on les cible adéquatement. Les études de cohorte antérieures ont montré l’effet bénéfique de différentes formes de prise en charge des facteurs de risque sur le fardeau de symptômes de FAP et sur la gravité de ces symptômes. La plupart de ces études de cohorte ont été réalisées dans un seul centre. Les nouveaux traitements de la FA ont révolutionné la prévention de l’AVC et le traitement de l’arythmie dans les dix dernières années. Pourtant, la récurrence de FA à long terme reste élevée. Il est urgent de réaliser une étude multicentrique collaborative pour déterminer si des modifications du substrat auriculaire et la prévention de la FA par des traitements dynamiques des facteurs de risque et le contrôle du rythme sont possibles.


 

Félicitations aux récipiendaires de 2017.

Nous remercions l’Alliance Bristol-Myers Squibb/Pfizer de nous fournir le soutien financier nécessaire pour cet important programme.
Le concours pour la bourse de recherche sur la fibrillation auriculaire 2018 de la SCC sera lancé en novembre 2017.

 


Bristol Myers Squibb Pfizer Logo transparent background